Twitter Icon Facebook Icon
English | Français

Apprendre à connaître les oiseaux.

Les oiseaux sont des êtres fascinants et inspirants. Ils enrichissent nos milieux de vie.

On trouve des oiseaux partout… sur les rivages, en forêt, dans les montagnes et les marais ainsi qu’en milieu urbain.

Apprendre à identifier les oiseaux est une des meilleures façons de se rapprocher de la nature et un premier pas vers la conservation des espèces sauvages.

Où commencer?

  • Emprunter un guide d’observation d’oiseaux à la bibliothèque.
  • Participer à une sortie d’un club d’ornithologues amateurs ou de naturalistes.
  • Installer des mangeoires d’oiseaux.
  • Participer à des programmes de science citoyenne accessibles à tous, comme le Grand dénombrement des oiseaux de février ou le Projet FeederWatch. C’est facile et amusant!
  • Explorer les ressources web gratuites, par exemple la Page des oiseaux rares du Québec et des applications d’identification d’oiseaux pour téléphone intelligent.



Appuyer la conservation de l’avifaune.

Devenir membre d’un organisme de conservation des oiseaux ou lui apporter son appui.

  • Devenir membre d’Études d’Oiseaux Canada, chef de file des organismes de bienfaisance nationaux voués à l’étude et à la conservation des oiseaux, ou encore lui apporter un soutien financier ou participer bénévolement à ses activités.

Participer bénévolement à des programmes qui aident vraiment les oiseaux.



Être des consommateurs soucieux du bien-être des oiseaux.

En général, on peut réduire son empreinte environnementale et améliorer à terme le sort des espèces sauvages en consommant moins et en faisant des choix plus écologiques.

Réfléchir davantage aux aliments qu’on achète.

  • Éviter le gaspillage de nourriture.
  • Autant que possible, acheter des aliments produits localement.
  • Éviter les pesticides et privilégier les aliments biologiques.
  • Rechercher le café et d’autres aliments certifiés biologiques et équitables. Le choix est grand!

Consommer le bois et le papier avec circonspection.

  • Dans la mesure du possible, consommer moins de bois et de papier pour réduire les effets sur l’environnement.
  • Choisir du papier recyclé et non blanchi pour réduire son empreinte environnementale.
  • Rechercher les produits certifiés qui s’appuient sur des pratiques de fabrication durables.


Rendre les terrains attrayants pour les oiseaux.

Planter des végétaux indigènes qui serviront d’abris et de garde-manger pour les oiseaux.

  • Planter du tournesol et du chardon; leurs graines feront le bonheur des oiseaux durant l’été.
  • Les fleurs tubulaires qui produisent du nectar ainsi que les arbres et arbustes à fleurs attirent les colibris.
  • Les arbres à fruits, comme le sorbier des oiseaux et l’amélanchier, attirent les oiseaux frugivores, tels le Merlebleu de l’Est, le Merle d’Amérique et les jaseurs.
  • Beaucoup d’espèces de bruants affectionnent les herbes de prairies.

Réduire ou abandonner l’usage de pesticides sur les propriétés.

Il faut nettoyer les mangeoires d’oiseaux à peu près toutes les deux semaines avec de l’eau chaude savonneuse et une solution à base de vinaigre. Pour assurer l’hygiène des oiseaux, rincer et assécher complètement les mangeoires avant de les remplir de nouveau.



Garder les chats à l’intérieur.

Selon les résultats d’une étude d’Environnement Canada publiés en 2013, les chats tuent plus de 100 millions d’oiseaux chaque année au Canada. Ils constituent la principale cause de mortalité reliée à la présence humaine au pays.

Des études ont révélé que la présence d’une clochette sur le collier des chats n’empêche pas ceux ci de tuer des oiseaux ou d’autres petits animaux.

Garder les chats à l’intérieur est la meilleure façon de les maintenir en bonne santé et de protéger les espèces sauvages.



Prévenir les collisions entre les oiseaux et les fenêtres.

Chaque année, des collisions avec des bâtiments résidentiels et commerciaux – surtout des habitations – causent la mort d’environ 16 à 42 millions d’oiseaux au Canada.

Où commencer?

  • Placer les mangeoires et les bains d’oiseaux à une distance sécuritaire des fenêtres, en général à moins de 0,9 m (3 pi) (pour que les oiseaux ne puissent pas se blesser s’ils heurtent les fenêtres en s’envolant des mangeoires).
  • Sécuriser les fenêtres qui avoisinent ou reflètent une mangeoire ou de la végétation. On peut ajouter des moustiquaires ou utiliser des marqueurs spéciaux ou du ruban pour former une grille à maille de 5 x 5 cm (2 x 2 po) sur la surface extérieure des fenêtres.

Pour en savoir davantage sur ces options et d’autres permettant de réduire le risque de collisions entre les oiseaux et les fenêtres, rendez-vous aux sites Web FLAP.org (en anglais) et du Nichoir. Notez que si vous choisissez d’acheter un produit Feather Friendly et que vous utilisez le code promo BSC2019, Études d’Oiseaux Canada recevra un don pour le soutien de la conservation des oiseaux.



Gardez le contact avec Oiseaux Canada


Vous aimeriez mieux connaître nos programmes et activités? Abonnez-vous à notre bulletin de nouvelles.
Politique de confidentialité | Politique d'accessibilité
Études d'Oiseaux Canada B.P. 160, 115 Front St., Port Rowan, ON Canada N0E 1M0
Téléphone: 1-888-448-2473 Télécopieur: 1-519-586-3532 Courrier électr.: generalinfo@oiseauxcanada.org